Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2015

FRANCE/ITALIE : MEME COMBAT !!

 

 Le Ministre italien de la Culture Dario Franceschini vient de signer le décret autorisant les GC européens à guider en Italie.

 Ce permis sera  délivré par la Région en fonction des Diplômes ou par le biais d'examens.

 Le 18 Février prochain, avec un nouveau décret,  sera publiée la liste des sites protégés. D'après des sources bien renseignés il s'agira de sites peu fréquentés ou peu connus...

 D'après le Président de l'Association des GC de la Région de Naples, Pietro Melziade, ce décret vise à créer un nouveau  "sujet" le Guide National.
Cet accord prévu au niveau européen permettra à tout GC d'exercer son activité partout en Europe.
Toutefois au niveau de la fiscalité,  il y a de fortes disparités entre un professionnel  italien  et  un étranger, les slovènes par exemple ne payant que 7 % d'impôt.

 Ce décret porte une réelle menace  non seulement à toute la catégorie,  25000 guides et leurs familles mais aussi assène un sacré coup à la sauvegarde des compétences et des territoires.

Seul l'appât du gain l'emportera au détriment de la qualité et de la mise en valeur des petites réalités locales.

Il  paraît évident que faute de mesures de sauvegarde des  sites touristiques majeurs par le prochain décret,  les guides devront se mobiliser encore plus par rapport à ce qui a été fait jusqu'à présent attirant ainsi l'attention des medias par le bloc aussi des activités des sites les plus renommés.

  Lien de l'article pour + d'infos :

http://www.ecampania.it/avellino-benevento-caserta-napoli-salerno/news/guide-turistiche-europee-firmato-decreto

 

 

No a legge che dequalifica le guide turistiche in Italia

No a legge che dequalifica le guide turistiche in Italia

 10.000

3.669

3.669 firme. Raggiungiamo le 10.000

Perché è importante

Le lobby dei grandi tour operator europei, le multinazionali del turismo stanno imponendo i loro interessi, dettando le regole, in una logica neo-coloniale che lascerà l'Italia priva di una delle sue risorse più importanti. Persone provenienti da altri Paesi Membri, ingaggiati da Tour Operator stranieri, illustreranno l'identità culturale italiana e si sostituiranno sia alle guide che agli accompagnatori abilitati in Italia nell'esercizio di entrambe le professioni, lasciando senza lavoro 40.000 tra guide e accompagnatori. Anche le Agenzie di Viaggio italiane subiranno perdite, in quanto non forniranno le professioni turistiche. Verranno inoltre a mancare allo Stato Italiano importanti fonti di gettito fiscale e previdenziale. 

 

  Nos collègues Italiens continuent de s'insurger contre la déréglementation de la profession et la Directive européenne N.36/2005 : "freedom to provide services". Ils ont manifesté le 1er mars à Pompéi.

 

 

Le 14 mars, 400 guides romains ont participé à une flash mob Piazza di Spagnia. Habillés en noir ils se sont disposés sur les marches et soudainement ils ont hissé des panneaux au couleur du tricolore italien, avec écrit "à vendre"! Applaudissement de la place et tous les media au rendez vous, y compris le journal télévisé national. 

http://m.repubblica.it/mobile/r/locali/roma/cronaca/2015/...

 
http://m.romatoday.it/cronaca/flash-mob-delle-guide-turis...

 Aidez les en allant liker sur ce lien :

 https://www.youtube.com/watch?v=8jKunHPWuJY&feature=y...

 

 

Florence, le 15 mars 2015  : un patrimoine à défendre, une spécificité à protéger y compris face à l’UE et à ses nouvelles règles.

 

La Confesercenti Toscana donne de la voix et met l’accent sur la situation difficile dans laquelle se trouvent les guides italiennes. Une question particulièrement sensible dans notre région, berceau de la culture et de l’art. En l’occurrence, une norme communautaire (Eu Pilot 4277/12/Mark) et le décret qui en découle actuellement en préparation par l’exécutif italien, pourront avoir un effet direct sur une authentique invasion de « cicérons » provenant de tous les coins d’Europe.

Un groupe de touristes – par exemple allemand – ayant organisé un séjour à Florence pourra amener avec lui son accompagnatrice teutonique ? Qui expliquera nos beautés et pilotera les touristes à l’intérieur du Bargello , des Offices, ou sur  la promenade des Collines.  Naturellement cette accompagnatrice sera payée en Allemagne et paiera ses impôts dans le pays dirigé par Angela Merkel.  De plus, l’Etat italien impose maintenant aux guides italiens de passer un nouvel examen, une sorte de super-habilitation qui leur permet d’exercer « sur les sites d’intérêt historique, artistique et archéologiques ». Un obstacle qui s’ajoute aux autres.

 

Un double front de bataille pour la Federagit-Confesercenti Toscana. Il y a quelques jours  une délégation a été reçue à Florence même, par le Ministre des Biens culturels, Dario Franceschini.  Face à notre demande de reconnaissance des qualifications spécialisées, le ministre nous a répondu que nous n’avions qu’à aller exercer en Slovénie » souligne Valentina Grandi. « Franceshini affirme qu’il n’y a rien à faire, l’Europe ne reconnaît pas notre qualification.Nous lui avons expliqué qu’il est difficile de penser à transporter en Slovénie le patrimoine de Florence, sur lequel nous avons des connaissances spécifiques, pour ensuite le ramener à la maison le soir ». Une ironie amère qui met en évidence la gravité de la situation. Il suffit de penser que dans notre région de Toscane les professionnels habilités (dont 90% de femmes) sont plus de 3 000 sur les 22 000 que compte le territoire national. Si la norme européenne n’est pas modifiée « il est hautement probable qu’il en découlera une retombée  au niveau de l’emploi »affirme la Confesercenti. « Nous demandons au gouvernement de reconquérir sa souveraineté sur le Patrimoine culturel et sur les professions du tourisme qui lui sont liées et de ne pas consentir à l’Europe des décrets  en faveur de l’exploitation aveugle de notre patrimoine, avec pour conséquence dans notre pays chômage et misère. Tous peuvent venir travailler en Italie, mais à égalité avec les Italiens et les étrangers qui sont déjà habilités ici, qui ont les mêmes compétences, les mêmes contenus de formation et les mêmes taxes à payer.

Christian Campigli -

 

 En savoir plus :

 

Flash mob à Florence le 5 mars 2015 :

https://www.youtube.com/watch?v=lbAk230DdNg

 

sur la rencontre avec le ministre italien de la Culture :

 http://www.federagit.it/comunicati/2015/cst_9315.pdf

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.