Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/12/2014

GUIDE-CONFERENCIER: UNE PROFESSION MECONNUE

Notre métier nécessite une carte professionnelle.

Il existe beaucoup de différences entre nous, selon que nous soyons, à l'origine, Guide-Interprète National ou Régional ou Conférencier National ou des Villes d'Art et d'Histoire

- le Conférencier s'adressant plus particulièrement à un public français désireux de connaissances pointues et spécialisées   

- le Guide-Interprète étant davantage amené à guider des groupes étrangers dans leur langue et à leur apporter des informations très variées (histoire, botanique, société, gastronomie, architecture...).

La plupart d'entre nous sommes salariés (agences, offices de tourisme, croisiéristes...), d'autres sont auto-entrepreneurs et d'autres encore se font payer par honoraires.   

Nos salaires et les tarifs pour nos prestations sont imposés par nos donneurs d'ordre. Nous sommes payés au « service » ou à la « mission » et parfois donc rémunérés 2h si nous n'avons travaillé que 2h dans la journée.

Notre profession est précaire.

Nos emplois du temps sont irréguliers, inégaux, soumis aux aléas économiques (crise, baisse du pouvoir d'achat...), politiques (menaces d'attentats, boycot de la France).  

Notre  « planning »ou notre « service » (quand nous en avons un) nous est confirmé la veille pour le lendemain et souvent sans rémunération lorsqu'il est annulé.

Nous travaillons le dimanche et les jours fériés sans compensation supplémentaire pour la plupart d'entre nous.

Notre travail de préparation, lorsque nous devons nous rendre avec un groupe sur un site inconnu ou pour une visite d'exposition temporaire, ne nous est pas payé.

Notre qualification suppose que nous soyons performants afin d'assurer la visite de n'importe quel musée ou monument historique parisiens ou régionaux, mais aussi afin de fournir des explications sur des thèmes aussi variés que la porcelaine de Limoges, le vignoble bourguignon ou les Chantiers Atlantique de Nantes-St Nazaire.

Ce métier nécessite donc des qualités relationnelles, d'adaptation aux desiderata du groupe, de patience. Il suppose de savoir gérer un groupe, gérer et résoudre immédiatement un problème quel qu'il soit, avoir le sens de la pédagogie, pouvoir s'exprimer avec aisance dans plusieurs langues étrangères et répondre à n'importe quelle question sur n'importe quel sujet.

 

Or fin novembre : un pavé dans la mare !

nous apprenons que nous faisons partie du projet de loi pour la croissance et l'activité (loi Macron : pages 71 à 73 ) que l'on veut nous déréglementer et supprimer notre carte professionnelle !

            (voir note suivante : projet de loi pour l'activité et la croissance)

 

 

 

 

 

12:51 | Lien permanent